news alert

>NEWS ALERT: Stand Up and Fight for Cambodia’s survival !! រួមឈាមខ្មែរអើយ គប្បីភ្ញាក់ឡើង !!!! គ្មានកម្លាំងបរទេសមកពីក្រៅណាមួយអាចផ្តួលរំលំបនអាយ៉ង ហ៊ុនសែននិងអាយួនបានទេ។ គឺមានតែកម្លាំងប្រជាពលរដ្ឋខ្មែរបះបោរកេណ្ឌគ្នាតាមច្បាប់ធម្មជាតិទេដែលអាចរំដោះស្រុកខ្មែរបាន។ នាំគ្នាទៅបោះឆ្នោតជាមួយអាយួននិងអាយ៉ងហ៊ុនសែនដើម្បីអ្វី ? ខ្មែរអើយក្រោកឡើងតស៊ូដើម្បីជាតិខ្មែររស់ !! Hand in hand we stand !! Shoulder to Shoulder we march !! Heart to Heart we rearch!! Stand Up and Fight for Cambodia’s survival !!

lundi 8 octobre 2018

Taïwan réhabilite 1270 victimes des purges de la «Terreur blanche»

Des familles de victimes de la Terreur blanche devant la liste des 1270 personnes qui ont été réhabilitées, vendredi 5 octobre 2018 par Taïwan.


A Taïwan, 1 270 victimes des purges de la « Terreur blanche » sont réhabilitées, leur casier judiciaire va être totalement blanchi, ont annoncé vendredi 5 octobre les autorités taïwanaises. La « Terreur blanche » fait référence à la répression qu'ont connue les Taïwanais de 1949 à 1987, sous le règne de Tchang Kaï-chek et son fils.


« Ce jour arrive trop tard, mais mieux vaut tard que jamais », s'est exprimée la présidente taïwanaise, Tsai Ing-wen, en présentant des excuses officielles vendredi. Le casier judiciaire de ces 1 270 victimes est à nouveau vierge, elles sont les premières à obtenir cette amnistie. Depuis la levée de la loi martiale, les victimes demandaient pardon et réparation.
Entre 1949 et 1987, ils sont officiellement 140 000 Taïwanais à avoir été jugés par des tribunaux militaires du régime répressif de Tchang Kaï-chek. Après leur défaite contre les communistes de Mao Tse Tong, les nationalistes chinois se repliaient à Taïwan pour y installer le nouveau siège de la République de Chine et ce que l'on a appelé ensuite la « Terreur blanche ».
Les familles veulent des poursuites judiciaires
S'opposer au régime ou ne serait-ce qu'un jour avoir lu un livre jugé communiste par le régime s'étaient s'exposer à cette époque-là à Taïwan à des sentences pénales ou de mort. Officiellement, 8 000 personnes ont été exécutées, mais certaines associations estiment ce chiffre bien inférieur à la réalité.

Aujourd'hui, les victimes des purges sont décédées ou attendent toujours leur réhabilitation officielle. Dix mille victimes devraient bénéficier de cette amnistie. Mais pour certaines familles de victimes, ce pardon officiel n'est rien tant que des poursuites judiciaires n'auront pas été engagées contre les responsables de ces persécutions. 

Publié le 06-10-2018
RFI

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire