news alert

>NEWS ALERT: Stand Up and Fight for Cambodia’s survival !! រួមឈាមខ្មែរអើយ គប្បីភ្ញាក់ឡើង !!!! គ្មានកម្លាំងបរទេសមកពីក្រៅណាមួយអាចផ្តួលរំលំបនអាយ៉ង ហ៊ុនសែននិងអាយួនបានទេ។ គឺមានតែកម្លាំងប្រជាពលរដ្ឋខ្មែរបះបោរកេណ្ឌគ្នាតាមច្បាប់ធម្មជាតិទេដែលអាចរំដោះស្រុកខ្មែរបាន។ នាំគ្នាទៅបោះឆ្នោតជាមួយអាយួននិងអាយ៉ងហ៊ុនសែនដើម្បីអ្វី ? ខ្មែរអើយក្រោកឡើងតស៊ូដើម្បីជាតិខ្មែររស់ !! Hand in hand we stand !! Shoulder to Shoulder we march !! Heart to Heart we rearch!! Stand Up and Fight for Cambodia’s survival !!

jeudi 21 février 2019

"Benyamin Netanyahou cherche à diviser l'Europe"


Le premier ministre d'Israël courtise les régimes autoritaires d'Europe centrale au sein de l'Union.


Prévu en début de semaine à Jérusalem, le sommet des quatre pays du groupe de Visegrad (Pologne, Hongrie, République tchèque et Slovaquie) n'a pas eu lieu. La Pologne a choisi de ne pas y participer en raison d'une controverse avec Israël -le nouveau chef de la diplomatie israélienne, Israël Katz, a suscité la colère de Varsovie après avoir accusé les Polonais d'avoir "sucé l'antisémitisme avec le lait de leur mère". La rencontre a été remplacée par des discussions bilatérales. Denis Charbit, chercheur à l'Université ouverte d'Israël, auteur d'Israël et ses paradoxes (1), décrypte les enjeux de cet épisode. 

Syrie: la tentation de la normalisation de Bachar el-Assad



Le même jour, les Émirats arabes unis annonçaient la réouverture de leur ambassade, fermée en 2012, dans la capitale syrienne. «Les Émirats ont annoncé qu’ils étaient en position d’éclaireurs et que les autres allaient suivre. Tout cela est coordonné avec les Saoudiens. On est en train d’y aller progressivement», observe Karim Émile Bitar, professeur de sciences politiques à l’université Saint-Joseph de Beyrouth.
Quelques heures après l’annonce émirati, Bahreïn a fait savoir que des travaux de rénovation de sa représentation diplomatique à Damas étaient en cours.

vendredi 1 février 2019

ពលរដ្ឋ​ថា ក្រុមហ៊ុន​មួយ​ជួល​ពលរដ្ឋ​កាប់​ឈើ​ធ្វើ​អាជីវកម្ម​ក្នុង​តំបន់​ការពារ​ភ្នំ​សំកុស​ខេត្ត​បាត់ដំបង

ឡាន​ដឹក​ឈើ​ក្រុមហ៊ុន រតនៈសម្បត្តិ ដឹក​ពី​ព្រៃ​ភ្នំ​សំកុស ឆ្លង​កាត់​ចំណុច​ឃុំ​តតោក ស្រុក​សំឡូត ខេត្ត​បាត់ដំបង។ រូប​ថត​ដោយ​ប្រជាពលរដ្ឋ​នៅ​ចុង​ខែ​មករា ឆ្នាំ២០១៩។


ប្រជាពលរដ្ឋ​នៅ​ស្រុក​សំឡូត អះអាង​ថា ក្រុមហ៊ុន​រតនសម្បត្តិ​នៅ​ខេត្ត​បាត់ដំបង ជួល​ពលរដ្ឋ​ខ្មែរ និង​ជនជាតិ​វៀតណាម​រាប់​រយ​នាក់ ទៅ​លួច​កាប់​ឈើ​នៅ​តំបន់​ព្រៃ​ការពារ ក្នុង​ភ្នំ​សំកុស​យ៉ាង​អនាធិបតេយ្យ ដើម្បី​បាន​ឈើ​យក​ទៅ​លក់​ក្នុង​មួយថ្ងៃ ដល់​ទៅ​រាប់រយ​ម៉ែត្រ​គីប ដោយ​មិន​មាន​អាជ្ញាធរ​ណា​ហ៊ាន​ទប់ស្កាត់​នោះ​ទេ។ អ្នកភូមិ​ព្រួយបារម្ភ​ថា ព្រៃឈើ​នៅ​តំបន់​នេះ ប្រឈម​នឹង​ហិនហោច​យ៉ាង​យូរ ២​ឆ្នាំ​ទៀត ព្រោះ​សកម្មភាព​កាន់តែ​ខ្លាំង​ឡើង ដោយ​មិន​មានការ​ថមថយ​នោះ​ឡើយ។

ការរំលោភ​សិទ្ធិមនុស្ស​លើ​ពលករ​ចំណាកស្រុក​នៅ​តែ​បន្ត​កើត​មាន​ក្នុង​ប្រទេស​ថៃ



របាយការណ៍​ស្រាវជ្រាវ​របស់​អង្គការ​អន្តរជាតិ​ផ្នែក​ទេសន្តរប្រវេសក៍ (International Organization for Migration-IOM) បាន​បង្ហាញ​ថា ពលរដ្ឋ​ចំណាកស្រុក​រាប់​លាន​នាក់ ដែល​កំពុង​ធ្វើ​ការ​ក្នុង​ប្រទេស​ថៃ នៅតែ​បន្ត​រងគ្រោះ ដោយសារ​ការ​រំលោភ​បំពាន​សិទ្ធិមនុស្ស និង​ការ​កេង​ប្រវ័ញ្ច​ពលកម្ម ជា​ដដែល។

ការ​លើក​ឡើង​នេះ ក្រោយ​អាជ្ញាធរ​ថៃ ធ្វើ​ឱ្យ​ប្រសើរ​ឡើង​នូវ​លក្ខខណ្ឌ​ការងារ​ខ្លះៗ នៃ​អំពើ​ទាសភាព​លើ​ទូក​នេសាទ ដើម្បី​ដក​បម្រាម​ការនាំចេញ​ផលិតផល​គ្រឿង​សមុទ្ទ ដែល​មាន​តម្លៃ​រាប់ពាន់​លាន​ដុល្លារ​ក្នុង​មួយឆ្នាំៗ ទៅ​លក់​នៅ​សហគមន៍​អឺរ៉ុប​ឡើងវិញ។

Birmanie: des miliciens pour soutenir l'armée contre les rebelles

Une patrouille des miliciens Pan Say à Muse, à la frontière birmano-chinoise le 12 janvier 2019
Muse (Birmanie) (AFP) - Une dizaine de milices, parfois équipées de fusils d'assaut M16, patrouillent les rues de Muse, dans le nord de la Birmanie, chargées par l'armée de combattre les rebelles locaux et de garder la main sur cette ville frontalière avec la Chine, haut lieu de tous les trafics.
"Les autres groupes s'occupent de leurs affaires et nous nous occupons des nôtres", explique un responsable de la milice Pan Say en marge d'un entraînement de plusieurs dizaines de jeunes volontaires, que l'AFP a été autorisée à filmer, mais pas à interviewer.

En Birmanie, Aung San Suu Kyi agite le chiffon rouge de la Constitution



 Aung San Suu Kyi au 71e anniversaire de l'Etat Kachin à Myitkyina, dans le nord de la Birmanie, le 10 janvier.

En vue des élections de 2020, les parlementaires de son parti, la LND ont lancé le chantier de la réforme de la charte écrite par l'armée. Un projet qui agace les militaires.

C’est une promesse et une revendication de longue date qui refait surface. Les parlementaires birmans de la Ligue nationale pour la démocratie (LND) d’Aung San Suu Kyi, prix Nobel 1991 et cheffe de factodu gouvernement, ont voté, mardi dans la capitale Naypyidaw, une motion pour la création d’un comité pour réformer la Constitution en vue des élections générales de 2020.

mercredi 30 janvier 2019

Au Cambodge, macadam et nouveau Macao

Vue aérienne du dépôt de matériaux de construction, en face de l’hôtel-casino Xihu, le 10 octobre, à Sihanoukville (Cambodge). PHOTO THOMAS CRISTFOFOLETTI. RUOM


Vitrine de la nouvelle route de la soie, l’ancienne cité balnéaire Sihanoukville est devenue une enclave chinoise : Pékin y a injecté plus de 1 milliard de dollars en deux ans et dopé la croissance annuelle.


Le long ruban de bitume n’en finit plus de s’échapper vers le sud et le Pacifique. L’effervescence maîtrisée de Phnom Penh a laissé place au tohu-bohu des klaxons, aux pétarades des tuk-tuks et des motos qui dévalent la nationale 4, frôlés par des 4 × 4 et une noria de camions pressés.

Devant Al-Sissi, Macron parle droits de l’homme

Emmanuel Macron et le maréchal Abdel Fatah al-Sissi aau pâlmais présidentiel du Caire lundi. Photo Ludovic Marin. AFP


A l’étonnement général, le président français a profité de sa visite officielle au Caire, lundi, pour vanter les mérites du respect de l’Etat de droit devant le maréchal qui dirige le pays.
Pas la moindre arme vendue, ni autre contrat commercial substantiel signé. Et la question des droits de l’homme ouverte publiquement. Emmanuel Macron a cassé la routine des relations habituelles et controversées entre la France et l’Egypte, lundi, au cours de sa visite officielle au Caire auprès du maréchal Abdel Fatah al-Sissi.

Chine-Cambodge : une alliance en eaux troubles



Tandis que Xi Jinping et Hun Sen renforcent leurs relations politiques, Washington suspecte Pékin de construire une base militaire navale au large de Sihanoukville.


En Asie du Sud-Est, c’est le grand ami des Chinois. Et durant trois jours, il a été choyé. Du 20 au 23 janvier, le Premier ministre du Cambodge, Hun Sen, a été l’invité d’honneur du président Xi Jinping. Venu demander des nouveaux investissements pour son pays, l’homme fort du Cambodge est reparti avec 588 millions de dollars (515 millions d’euros) que Pékin a promis de verser à Phnom Penh jusqu’en 2021.

jeudi 24 janvier 2019

Cambodge : L’étau de la répression s’est resserré à la suite de la mascarade électorale



Le Premier ministre du Cambodge, Hun Sen, s’est servi de la répression des droits et d’élections factices pour resserrer son emprise sur le pouvoir et consolider un gouvernement de parti unique, a déclaré Human Rights Watch aujourd’hui dans son Rapport mondial 2019.
En 2018, le gouvernement du Parti du peuple cambodgien (CPP) a intensifié sa répression contre l’opposition politique, les médias indépendants, les défenseurs locaux des droits humains, les leaders syndicaux et d’autres activistes. Les autorités se sont servies du système judiciaire politisé et corrompu du pays comme d’une arme politique afin de poursuivre les défenseurs des droits humains et les voix dissidentes.